• Los Disparates
    Los Disparates
  • Los Disparates
    Los Disparates
  • Los Disparates
    Los Disparates
  • Los Disparates
    Los Disparates

La Société des Amis du Louvre vient d'enrichir les collections du Musée de quatre chefs-d'oeuvre de Francisco de Goya. Il s'agit de quatre plaques de cuivre appartenant à la série des Disparates, la dernière grande série gravée par l'artiste avant son départ en exil pour la France en 1824. Par cette donation exceptionnelle, la Société des Amis du Louvre renoue avec l'esprit patrimonial qui avait présidé, sous la Deuxième République, à l'enrichissement des collections de la Chalcographie du Louvre, ère prestigieuse que marquèrent l'entrée au Musée de l'ensemble des cuivres d'Anton Van Dyck pour L'Iconographie, ainsi que l'acquisition des cuivres des Sièges de La Rochelle et de l'Isle de Ré, chefs-d'oeuvre de Jacques Callot. Il convient de souligner que c'est la première fois que la Société des Amis du Louvre acquiert des cuivres gravés pour la Chalcographie. Les quatre cuivres des Disparates de Goya, formant un ensemble exceptionnel et d'une rare qualité, seront bientôt exposés au public dans les salles de peinture espagnole du Musée du Louvre.

Los Disparates

Auteur
Francisco de Goya y Lucientes (1746-1828).
Techniques/Materiaux
Plaques de cuivre gravées de la série
Dimension
H. 24 ; L. 35 cm
Département de l'oeuvre
Département des Arts graphiques
Date d'acquisition
2011
Don et leg
Dons d'oeuvres d'art

« Disparate puntual » (Une Reine du cirque).
Plaque de cuivre. H. 24 ; L. 35 cm environ.
Don de la Société des Amis du Louvre, 2011. INV. 11443.

« Disparate de tontos » (Pluie de Taureaux).
Plaque de cuivre. H. 24 ; L. 35 cm environ.
Don de la Société des Amis du Louvre, 2011. INV. 11442.

« Disparate de bestia » (Autres lois pour le Peuple).
Plaque de cuivre. H. 24 ; L. 35 cm environ.
Don de la Société des Amis du Louvre, 2011. INV. 11441.

« Disparate conocido » (Quel guerrier !).
Plaque de cuivre. H. 24 ; L. 35 cm environ.
Don de la Société des Amis du Louvre, 2011. INV 11440.

Vraisemblablement gravée entre 1819 et 1824, la série inachevée et connue sous le titre des Disparatessoulève de nombreux problèmes d'interprétation. À commencer par le titre lui-même : disparate provient du verbe espagnol disparatar qui signifie decir o hacer algo fuera de razón y regla - « dire ou faire quelque chose en dépit de la raison ou des règles ». Ainsi, les quatre cuivres acquis par les Amis du Louvre correspondent, selon les épreuves d'état conservées au Musée Lazaro Galdiano de Madrid aux Disparatessuivants : Disparate conocido (Atrocité connue), Disparate puntual (Atrocité ponctuelle), Disparate de Bestia (Atrocité de bête), Disparate de Tontos (Atrocité d'idiot). Lors de la première édition de ces planches, réalisée en 1877 à Paris, des sous-titres en espagnol et en français furent gravés sur les cuivres, soit respectivement : « ¡Que Guerero ! (Quel guerrier !), Una Reina del Circo (Une Reine du cirque), Otras Leyes por el Pueblo (Autres lois pour le Peuple) et Lluvia de toros (Pluie de Taureaux).