• Feuille d'études pour La Mort de Sardanapale
    Feuille d'études pour La Mort de Sardanapale

Feuille d'études pour La Mort de Sardanapale

Dès sa création, la Société des Amis du Louvre avait exprimé le désir d'aider à la constitution d'une collection de dessins « modernes », et de stimuler l'intérêt des amateurs pour toutes les formes récentes d'expression graphique. Lorsqu'elle offrit au Cabinet des Dessins en 1907 cinq dessins de Delacroix, les portefeuilles de l'école française ne renfermaient qu'une vingtaine de dessins de cet artiste.

Feuille d'études pour La Mort de Sardanapale

Auteur
Eugène DELACROIX
Techniques/Materiaux
Pastel sur traits à la mine de plomb, sanguine, crayon Conté et craie blanche, sur papier bis.
Dimension
H. 44 cm ; L. 58 cm.
Date de l'oeuvre
1825
Département de l'oeuvre
Département des Arts graphiques
Localisation aile
Aile de Flore
Localisation salle
1er étage, salle de consultation
N° inventaire
RF 29 665
Date d'acquisition
1938
Prix de l'oeuvre
300 000 F

En effet, à la dispersion, en vente publique, de l'atelier de Delacroix, le Louvre n'avait pu - ou souhaité - acquérir que cinq pièces. Certes, de 1868 à 1907, d'autres dessins étaient entrés, soit par donations, soit par acquisitions, notamment le très précieux album du voyage au Maroc légué par P. Burty, mais à considérer l'importance de l'oeuvre dessiné de Delacroix, le Louvre se devait de songer à enrichir un fonds encore trop peu significatif. A cet égard, la contribution des Amis du Louvre s'est avérée, jusque dans les années 1948, essentielle. Cette feuille d'esquisse pour La Mort de Sardanapale représente à gauche, quatre études de l'Ethiopien tenant le cheval blanc et un détail de la main et à droite, deux recherches pour la femme agenouillée aux pieds du maître, les bras en croix, représentée nue puis drapée d'une étoffe bleue. Ce pastel - ainsi que deux autres acquis à la même vente (RF 29 666 et 29 667) - furent légués par Delacroix à

M. Maréchal. Le peintre l'a très explicitement indiqué dans son testament : « Je lègue à M. Maréchal (de Metz) plusieurs pastels d'études pour Sardanapale ».