• La Nymphe au scorpion
    La Nymphe au scorpion

La Nymphe au scorpion

Créé vers 1835, le modèle de la Nymphe au scorpion était resté dans l'atelier de Bartolini ; c'est certainement là que Charles de Beauvau en fit la commande pour la galerie de sculpture qu'il rêvait de créer dans son château d'Haroué. Demeurée à Haroué depuis son acquisition avant 1844, cette Nymphe au scorpion présente un épiderme dont la fraîcheur exceptionnelle ne fait que souligner les raffinements du travail de Bartolini. Virtuose du marbre, Bartolini créa une oeuvre qui se rattache autant à l'art italien qu'à l'art français. Ce fut d'ailleurs, aux dires de Baudelaire, le « morceau capital du Salon de sculpture » de 1845. La beauté de la ligne, qu'on a pu rapprocher de celle d'Ingres, ami de Bartolini* et comme lui grand amateur de musique, ne trahit en rien la justesse de l'observation sur le modèle vivant.

* voir son portrait par Ingres (coll. Beistegui, Aile Sully, 2e étage, salle A).

La Nymphe au scorpion

Auteur
Lorenzo BARTOLINI
Techniques/Materiaux
Statue marbre.
Dimension
H. 86 cm ; L. 1,253 m ; Pr. 68,5 cm.
Date de l'oeuvre
1835
Département de l'oeuvre
Département des Sculptures
Localisation aile
Aile Denon
Localisation salle
Rez-de-chaussée, salle 4 (audioguide n° 5087)
N° inventaire
RF 4451
Date d'acquisition
1994
Prix de l'oeuvre
2 000 000 F.