• Pot à oille, doublure et réchaud

Pot à oille, doublure et réchaud

Pierre Verlet le premier attira l'attention sur un ensemble de pièces d'orfèvrerie rocaille, oeuvres de Thomas Germain, Antoine-Sébastien Durant et Edme-Pierre Balzac, dont le point commun, outre leur exceptionnelle qualité, était de porter les armoiries de la famille d'Orléans ; c'est à Louis-Philippe, duc d'Orléans puis roi des Français, qu'est due leur présence. On sait que les pièces lui venaient de sa mère, Louise-Marie-Adélaïde, elle-même fille du duc de Penthièvre, en possession duquel le service se trouvait en 1793. A cette illustre provenance, le pot à oille, dont le pendant est également conservé au Louvre, ajoute une qualité toute particulière. Porté par quatre pieds à enroulements et feuillages, il est pourvu d'un couvercle que surmonte une graine dont le motif est emprunté à la chasse à courre : un chevreuil mort posé sur une souche est environné d'autres gibiers et accessoires de vénerie.

Pot à oille, doublure et réchaud

Auteur
Edme-Pierre BALZAC
Techniques/Materiaux
Argent fondu, repoussé et ciselé.
Dimension
H. 29 cm ; L. 37 cm ; Pr. 30 cm ; Poids 7,008 kg.
Période
Paris, 1758-1759 ; v. 1820.<BR>
Date de l'oeuvre
1756
Département de l'oeuvre
Département des Objets d'art
Localisation aile
Aile Sully
Localisation salle
1er étage, salle 45, Rotonde David-Weill
N° inventaire
OA 11392
Date d'acquisition
1994
Prix de l'oeuvre
4 427 500 F (avec un plateau de Robert-Joseph AUGUSTE).