• Armilla : la Résurrection
    Armilla : la Résurrection

Armilla : la Résurrection

L'armilla, bracelet d'apparat destiné à être fixé à la hauteur de l'épaule, aurait été retrouvée dans le tombeau du prince André Bogoloubski (mort en 1174) dans la cathédrale de l'Assomption à Vladimir. Son pendant, représentant la Crucifixion, aujourd'hui à Nuremberg, était également conservé dans un couvent de la région de Vladimir au XIXe siècle. On a donc suggéré que les deux bracelets, chefs-d'oeuvre de l'art mosan des environs de 1170-1175, avaient pu être offerts au prince russe par Frédéric de Barberousse qui en possédait une paire analogue. Le style classique de l'armilla est issu des plus hautes traditions de l'art mosan, ravivé aux sources byzantines (dessin des anges et du Christ), mais préfigure aussi magistralement l'art du célèbre orfèvre Nicolas de Verdun. Ainsi, grâce à ce don, non seulement l'un des plus beaux et des plus célèbres émaux mosans entrait au Louvre, mais également l'une des rares oeuvres qui permette de comprendre la genèse de l'humanisme gothique au sein même de l'art roman.

Armilla : la Résurrection

Auteur
ANONYME
Techniques/Materiaux
Cuivre doré, émail champlevé, partiellement cloisonné.
Dimension
H. max. 11,3 cm ; L. max. 14,7 cm.
Période
Meuse, v. 1170-1175.
Date de l'oeuvre
1170
Département de l'oeuvre
Département des Objets d'art
Localisation aile
Aile Richelieu
Localisation salle
1er étage, salle 2 (audioguide n° 6013)
N° inventaire
OA 8261
Date d'acquisition
1934
Prix de l'oeuvre
200 000 F