Dernières acquisitions

Initiale enluminée découpée dans un livre de chœur : lettre D

Enlumineur anonyme

La Société des Amis du Louvre a fait don au musée grâce à la générosité de deux mécènes du département des Arts graphiques, M. Loïc Bongay et M. Benjamin Jarry, d’une initiale enluminée passée autrefois dans les mains de l’archéologue et historien de l’art Robert Forrer (1866-1947) qui complète un ensemble de trois autres initiales déjà conservées au Louvre.

Enluminure sur parchemin (détrempe et or au pinceau). Filet d'or au pourtour. Au verso fragment de texte.
H. 24,8 cm ; L. 20,9 cm.
Acquis en 2022

Portrait d'un officier français, détrempe, rehauts d'or sur vélin

Anonyme

En dépit de la haute qualité de ce portait, le nom de son auteur n’est en fait guère mieux établi que la naissance de son modèle : celui de Daniel Rabel, peintre, dessinateur, miniaturiste et graveur mieux connu pour ses planches botaniques et ses dessins de ballets de cour sous Louis XIII que pour ses petits portraits, n’a pas trouvé une confirmation immédiate tant sont notables les différences entre le très vif portrait offert par M. Jarry et les rares miniatures signées des initiales D. R.

Détrempe, rehauts d'or sur vélin, montée sur le couvercle d'une boîte en ivoire du XVIIIe siècle
H. 4,5 cm ; L. 3,5 cm. Diamètre de la boîte : 6,8 cm
Acquis en 2022

Le rêve de saint Joseph

Maître de l’Observance (Sano Di Pietro ?)

Lors de sa séance du 2 novembre 2021, le conseil d'administration des Amis du Louvre a tenu à rendre un ultime hommage à Michel Laclotte, en votant l’acquisition grâce au don de Michel David-Weill et avec l’aide de la galerie Sarti, d’un tableau du Maître de l’Observance, un de ces primitifs siennois si chers au cœur de notre ami Michel Laclotte.

tempera et or sur panneau
16,3 x 12,7 cm
Acquis en 2021

Portrait d'Everhard Jabach

Hyacinthe Rigaud

Everhard Jabach est originaire d’une famille de grands marchands établie à Cologne. Il s’est installé à Paris dès 1638. Les plus belles toiles et dessins de la collection exceptionnelle qu’il avait rassemblée ont été acquis par Louis XIV, en 1662 puis en 1671, et sont aujourd’hui conservés au Louvre. Hyacinthe Rigaud bénéficiant de la protection de Le Brun au cours des années 1680, c’est sans doute le premier peintre du roi qui a introduit le jeune artiste auprès de Jabach.

Huile sur toile
H. 0,77 ; L. 0,57
Acquis en 2021

Un grand Tiepolo pour le Louvre

Giambattista Tiepolo (1696-1770)

Exceptionnelle par ses dimensions et par sa provenance bien identifiée, la Junon au milieu des nuées, une fresque détachée de trois mètres cinquante de haut permettra enfin, à l’issue d’une restauration attentive, de rendre compte au Louvre de l’ambition monumentale de la création du plus grand peintre italien du XVIIIe siècle, Giambattista Tiepolo (Venise, 1696-Madrid, 1770).  On voit ici Junon, la déesse antique de la fécondité, de la maternité et du mariage.

Fresque détachée et montée sur parquetage de bois
H. 3,50 ; L. 2,10
Acquis en 2020

Portrait du cardinal Jules Mazarin

Simon Vouet (1590-1649)

Simon Vouet livre ici un de ses portraits de la plus exceptionnelle concentration psychologique, le caractère du modèle n’y est pas étranger. Nonce à Paris de 1634 à 1636, Mazarin est très vite remarqué par Richelieu comme un homme de grand talent. Sans coup férir, le 5 décembre 1642, au lendemain de la mort de Richelieu, il est désigné pour le remplacer, nommé principal ministre d’État et choisi par Louis XIII comme parrain du dauphin, futur Louis XIV.

Pierre noire pastel sur papier beige, traits d’encadrement à la plume et encre noire
27,5 cm hauteur ; 20 cm largeur
Acquis en 2020

Apollon Citharède

Le 27 mars 2019, la Société des Amis du Louvre a voté une participation majoritaire de 3,5 millions d’euros en faveur de l’acquisition d’une statuette en bronze (68 cm) datant du IIe siècle avant J.-C. représentant un Apollon Citharède. Ce chef-d’œuvre de l’art antique, classé Trésor National, a été sculpté par un atelier grec et décorait sans doute l’intérieur d’une villa romaine de Pompéi engloutie par l’irruption du Vésuve en 79 av. J.-C, appartenant à un cadre de vie similaire à celui bien étudié de la Villa dei Papiri à Herculanum.

Bronze, IIe siècle avant J.-C.
68 cm
Acquis en 2019

L'Âme brisant les liens qui L’attachent à la terre

Pierre-Paul Prud'hon (1758-1823)

Grâce à un mécénat exceptionnel des Amis du Louvre,  L’Âme brisant les liens qui l’attachent à la terre, l’ultime tableau de Prud’hon, un chef-d’œuvre de près de trois mètres de haut représentant une figure féminine nue qui s’élève au dessus du sol et échappe à la morsure d’un serpent symbolisant le Mal qui règne sur la terre a fait son entrée sur les cimaises des salles rouges du musée du Louvre.

Huile sur toile (toile originale sous doublage libre ; châssis et cadre non originaux)
H. 292 cm ; L. 203 cm
Acquis en 2019

Sept dessins pour le Louvre

C'est par l'intermédiaire de la Société des Amis du Louvre que M. Bernard Hémery, avocat au conseil d'Etat et à la cour de Cassation, a souhaité donner début octobre un ensemble de sept dessins au musée du Louvre. On ne saurait surestimer l'importance, pour le département des Arts graphiques, du cercle de donateurs - grands et petits - qui l'entoure, ni l'intérêt des dons individuels qui témoignent d'un goût et d'une approche personnels de la collection de dessins.


Acquis en 2019

Sept dessins pour le Louvre

C'est par l'intermédiaire de la Société des Amis du Louvre que M. Bernard Hémery, avocat au conseil d'Etat et à la cour de Cassation, a souhaité donner début octobre un ensemble de sept dessins au musée du Louvre. On ne saurait surestimer l'importance, pour le département des Arts graphiques, du cercle de donateurs - grands et petits - qui l'entoure, ni l'intérêt des dons individuels qui témoignent d'un goût et d'une approche personnels de la collection de dessins.


Acquis en 2019

Sept dessins pour le Louvre

C'est par l'intermédiaire de la Société des Amis du Louvre que M. Bernard Hémery, avocat au conseil d'Etat et à la cour de Cassation, a souhaité donner début octobre un ensemble de sept dessins au musée du Louvre. On ne saurait surestimer l'importance, pour le département des Arts graphiques, du cercle de donateurs - grands et petits - qui l'entoure, ni l'intérêt des dons individuels qui témoignent d'un goût et d'une approche personnels de la collection de dessins.


Acquis en 2019

Sept dessins pour le Louvre

C'est par l'intermédiaire de la Société des Amis du Louvre que M. Bernard Hémery, avocat au conseil d'Etat et à la cour de Cassation, a souhaité donner début octobre un ensemble de sept dessins au musée du Louvre. On ne saurait surestimer l'importance, pour le département des Arts graphiques, du cercle de donateurs - grands et petits - qui l'entoure, ni l'intérêt des dons individuels qui témoignent d'un goût et d'une approche personnels de la collection de dessins.


Acquis en 2019

Sept dessins pour le Louvre

C'est par l'intermédiaire de la Société des Amis du Louvre que M. Bernard Hémery, avocat au conseil d'Etat et à la cour de Cassation, a souhaité donner début octobre un ensemble de sept dessins au musée du Louvre. On ne saurait surestimer l'importance, pour le département des Arts graphiques, du cercle de donateurs - grands et petits - qui l'entoure, ni l'intérêt des dons individuels qui témoignent d'un goût et d'une approche personnels de la collection de dessins.


Acquis en 2019

Sept dessins pour le Louvre

C'est par l'intermédiaire de la Société des Amis du Louvre que M. Bernard Hémery, avocat au conseil d'Etat et à la cour de Cassation, a souhaité donner début octobre un ensemble de sept dessins au musée du Louvre. On ne saurait surestimer l'importance, pour le département des Arts graphiques, du cercle de donateurs - grands et petits - qui l'entoure, ni l'intérêt des dons individuels qui témoignent d'un goût et d'une approche personnels de la collection de dessins.


Acquis en 2019

Sept dessins pour le Louvre

C'est par l'intermédiaire de la Société des Amis du Louvre que M. Bernard Hémery, avocat au conseil d'Etat et à la cour de Cassation, a souhaité donner début octobre un ensemble de sept dessins au musée du Louvre. On ne saurait surestimer l'importance, pour le département des Arts graphiques, du cercle de donateurs - grands et petits - qui l'entoure, ni l'intérêt des dons individuels qui témoignent d'un goût et d'une approche personnels de la collection de dessins.


Acquis en 2019

Coffret de la Duchesse de Berry

Jean Charles François Leloy (1774-1846)

Grâce à la générosité de notre Bienfaitrice, la comtesse Cristiana Agnelli Brandolini d'Adda, le Louvre s'enrichit d'un coffret à bijoux qui a appartenu à la duchesse de Berry, belle-fille du roi Charles X, grande protectrice des arts et des artistes. Ce coffret, ravissant conçu par l'ornemaniste Jean Charles François Leloy (1774-1846) adopte la forme d’une chasse gothique.

Porcelaine dure, bronze doré
Acquis en 2019

Vénus couronnée par un Satyre

Le Maître de Flore (actif à partir de 1550)

Le Maître de Flore : le nom même de l’artiste fait rêver. Il désigne un peintre dont l’identité s’est perdue mais dont l’œuvre extrêmement rare « représente à la perfection le style et l’esprit de la première école de Fontainebleau », mais d’une école de Fontainebleau déjà parvenue, dans les années 1550, à la maturité grâce à Primatice et Niccolò Dell’Abate.

pierre noire, rehauts de gouache blanche, papier beige
H. 29 cm ; L. 23,5 cm
Acquis en 2019

L'Apparition du Christ à la Vierge

Domenico GHIRLANDAIO (1448-1494)

L’œuvre, vraisemblablement acquise par Victor Baltard à Rome lors de son séjour à la villa Médicis (1834-1838), appartient à la même série que deux tableaux figurant la Nativité et la Résurrection, aujourd’hui conservés à la Pinacothèque Vaticane et au Statens Museum for Kunst de Copenhague, attribués au Maitre florentin, Domenico Ghirlandaio (1448-1494), dans lesquels le peintre campe également les personnages devant un vaste fond d'or.

technique mixte sur panneau de peuplier, or.
45 x 41,5cm
Acquis en 2019

Assomption de la Vierge

Josse LIEFERINXE / Jean CHANGENET (1493-1508)

Huile sur panneau double
80 x 60 cm
Acquis en 2018

David jouant de la harpe pour le roi Saül

Antoine-Jean GROS (1771-1835)

Cette œuvre de grande dimension est le dernier grand tableau d'histoire peint par Antoine-Jean Gros (1771-1835). Il est commandé à l'artiste en 1821 par Louis-Philippe d'Orléans qui permet ainsi à Gros de renouer à la fin de sa vie avec la peinture d'histoire qui avait fait son succès sous l'Empire.

huile sur toile
184 x 227cm
Acquis en 2018