Dernières acquisitions

Terre cuite.
H. 18,5 ; L. 26,5 cm
Acquis en 2016

Moulages des terres cuites de la collection Gaudin

Ce bel ensemble de moulages a été réalisé au XIXe siècle d'après des terres cuites de la collection dite « Gaudin », conservées au Louvre et datant du IIe siècle avant J.-C. Ces moulages consistent en une série de figures grotesques comprenant vingt têtes et dix-sept troncs représentant des malformations (gibbosités, malnutrition, nanisme, oedème…). Ils étaient utilisés au début du XXe siècle par les médecins dans le cadre de leur enseignement, et il est possible qu'ils aient appartenu au docteur Félix Regnault, ami de Gaudin.

Noyer et chêne, traces de dorure
H. 188,5 cm ; L. 159,5 cm ; Pr. 55 cm
Acquis en 2016

Armoire

Hugues SAMBIN (1520-1601) (attribué à)

Cette armoire bicorps ouvrant par deux portes à chaque niveau, est typique de la seconde moitié du XVIe et du début du XVIIe siècle. Elle est scandée au niveau inférieur de termes représentant des soldats, l'un combattant et l'autre victorieux, tandis que des caryatides symbolisent la Justice, la Force et la Prudence au niveau supérieur.


Acquis en 2016

Un nouveau cadre pour la Sainte Françoise Romaine

La Société des Amis du Louvre a offert au département des Peintures un cadre italien du XVIIe siècle pour la Sainte Françoise Romaine.

À l'automne 2011, à l'occasion de l'exposition au Grand Palais Nature et Idéal, la Société des Amis du Louvre organisait son premier voyage des commissaires d'exposition dans la Rome du XVIIe siècle, sur les traces de Claude Gelée et Nicolas Poussin.


Acquis en 2016

Un fonds d'archives des fouilles de Rhodes

Grâce au soutien de la Société des Amis du Louvre et au legs de Mme Jeannine Marchesseau, le département des Antiquités grecques, étrusques et romaines a pu acquérir le 25 mars 2015 plusieurs lots d'archives, ayant appartenu à l'archéologue-photographe Auguste Salzmann (1824-1872). Ce fonds, déjà identifié grâce à une vente partielle survenue en 2011, a été vendu dans sa totalité par un collectionneur, Pierre Marc Richard, qui en fit l'acquisition dans les années 1970.


D: 49,5 cm.
Acquis en 2015

Grand bassin d'apparat

Nevers

Ce grand bassin circulaire en faïence de Nevers à décor de grand feu présente un fond légèrement creux et une large aile plate. Le décor se déploie sur toute la surface du bassin. Au centre, deux Chinois, installés à l'ombre d'un dattier chinois, sont occupés à déguster des dattes, suscitant la convoitise d'un flamant (à gauche) et d'un héron coiffé (à droite). Au-devant, des rochers, des feuillages et des oiseaux débordent largement sur l'aile, incitant à lire la composition verticalement, comme un tableau, sans aucun compartimentage.

Marbre
H. 97 cm, L. 46 cm, P. 35 cm
Acquis en 2015

L'Amour essayant une de ses flèches

Jacques Saly

"Le 6 octobre 2015 le musée du Louvre a lancé, avec la campagne « Tous mécènes ! » et le soutien déterminant de la Société des Amis du Louvre, une souscription publique afin de réunir les fonds nécessaires à l'acquisition d'un chef d'oeuvre, L'Amour essayant une de ses flèches de Jacques Saly. La statue commandée par la marquise de Pompadour au début de l'année 1752, terminée durant l'été 1753 fut présentée à Louis xv le 11 août 1753. Destinée dans un premier temps au décor du château de Crécy, l'oeuvre fut rapidement envoyée au château de Bellevue, demeure de prédilection de la marquise. Celle-ci lui accorda une place privilégiée, au centre d'une « petite galerie » bien éclairée par des portefenêtres donnant sur le jardin. Après la vente de Bellevue, elle retrouva une place d'honneur à l'hôtel d'Evreux, résidence parisienne de Mme de Pompadour.

Huile sur toile
H. 92; L. 70cm
Acquis en 2015

Pandore

Ecole de Fontainebleau

"Le tableau a été acquis en vente publique en janvier dernier par la Société des Amis du Louvre pour être offert au musée. Il était connu par une ancienne photographie datant de son passage dans la vente de la collection du Comte Bassi à Milan en 1898, où il était attribué à Francesco Primaticcio dit le Primatice. Le tableau fut par la suite attribué à Nicolò dell'Abate. Comme l'a depuis souligné Dominique Cordellier, il s'agit en effet d'une oeuvre caractéristique de la facture libre et élégante de Nicolò dell'Abate, mais qui travaille ici certainement sur une idée et probablement un dessin de Primatice. Et c'est cette intime parenté du tableau avec les inventions de Primatice qui fait tout son intérêt et toute sa rareté.

Tempera et or sur panneau
H. : 48,1 ; L. : 34,6 cm
Acquis en 2014

Pietà dite « Pieta Gillot ».

Gonçal PERIS Valence (Espagne), actif entre 1380 et 1451

Gonçal Peris est l'un des « primitifs » les plus importants de la peinture espagnole et européenne, figure dominante du style gothique international à Valence. Encadrée dans ses deux tiers supérieurs d'une bordure incisée de motifs évoquant des feuilles de chêne l'oeuvre se caractérise à la fois par une simplicité de mise en page et un grand raffinement dans l'invention et l'exécution. La Vierge porte sur ses genoux le corps de son fils mort. Celui-ci laisse voir les stigmates de son supplice. Il porte pour tout atour le périzonium et la couronne d'épines.

Graphite, plume et encre brune, aquarelle et rehauts d'or
H. : 22,5 cm ; L. : 36,5 cm
Acquis en 2014

Demi-plafond

Jean LE MOYNE dit DE PARIS (attribué à) (1638-1713)

En 2014, la Société des Amis offrait au musée du Louvre deux dessins de Giovanni Francesco Romanelli pour les plafonds du palais. C'est une nouvelle étude de plafond, mystérieuse et passionnante, que présente aujourd'hui, par son intermédiaire, un donateur anonyme, sous réserve d'usufruit et en mémoire d'Odile Flamant, née Fliquet.

Ivoire
H. 22 ; L. 4,5 cm et H. 23,5 ; L. 5cm.
Acquis en 2013

La Synagogue et Saint-Jean

Le groupe de la Descente de Croix conservé au Louvre est une des oeuvres phares de l'art gothique français. À ce très rare groupe manquaient deux statuettes, considérées comme à jamais perdues : le Saint Jean et l'allégorie de la Synagogue. Leur identification en 2011 chez un collectionneur français est un événement considérable. Leur acquisition par le musée du Louvre a été rendue possible grâce au mécénat collectif des Amis du Louvre, du groupe AXA Art, et de plus de 4000 donateurs individuels qui ont participé à la souscription publique. Grâce à la générosité de la Société des Amis du Louvre, la Synagogue a pu faire immédiatement son entrée dans les collections nationales. La Synagogue penche sa tête aux yeux bandés.

Mine et rehauts de gouache, or sur papier (pages) ; cuir doré aux petits fers (reliure)
H. : 34 cm ; L. : 25 cm
Acquis en 2013

Album de peintures et de dessins en concertina

Inde moghole (Hyderabad, Oudh ou Dehli)

Cet album de peintures mogholes d'une qualité rare nous est parvenu dans un état de conservation remarquable. S'y ajoute une origine prestigieuse : acquis en Inde entre 1765 et 1784 par James Forbes, écrivain, dessinateur et essayiste écossais au service de la compagnie anglaise des Indes orientales, l'album passa en ligne directe à son petit-fils, l'homme politique français Charles de Montalembert, théoricien du catholicisme libéral sous la Monarchie de Juillet, dont les armes familiales figurent sur l'album.

Pierre noire, sanguine, plume et lavis brun avec rehauts de gouache blanche et grise
H. 358 ; L. 390 mm
Acquis en 2013

Passage du Rhin à Tolhuis par les armées du roi, le 12 juin 1672

Joseph Parrocel

La feuille aujourd'hui offerte par la Société des Amis du Louvre est préparatoire à un dessus-de-porte décrivant le Passage du Rhin à Tolhuis par les armées du roi, le 12 juin 1672. Commandée et peinte en 1699 pour l'antichambre de l'appartement du souverain au château de Marly, la toile est conservée au musée du Louvre. Elle a subi d'importantes modifications dans son format lorsqu'au xixe siècle elle a été découpée afin de prendre place au château de Vincennes.


H. 181 ; L. 112 mm. H. 180 ; L. 110 mm
Acquis en 2013

Deux feuillets d'un livre d'Heures

Attribués à Jean Poyer

Ces deux feuillets proviennent d'un livre d'Heures non identifié. Le style des peintures de ces deux pages, offertes aujourd'hui par la Société des Amis du Louvre, permet d'avancer leur attribution à Jean Poyer (ou Poier ou Pohier) (Tours, v. 1445 [?]-Tours, av. 1504), peintre et enlumineur tourangeau, dont l'activité est connue, grâce à des paiements, de 1465 à 1498. Il est aujourd'hui assuré que Poyer a été la figure dominante de l'« école de Tours » après Jean Fouquet (dont il a peut-être été l'élève) et qu'il est l'un des plus grands peintres français du XVe siècle, l'égal pour le moins de Bourdichon, de Jean Hey et de Perréal. Il est manifestement un inventeur sur tous les plans : ceux de l'iconographie et de la composition (comme on le voit dans cette image isolée de l'ange volant les bras croisés), celui du coloris (l'effet d'arc-en-ciel dans les cheveux), celui de l'espace (le vaste paysage sous l'ange) ou encore celui de la construction sophistiquée des architectures (du côté de la Vierge).

Toiles à l'origine chantournées, complétées ultérieurement dans les angles et tendues sur un châssis rectangulaire sur lequel est appliquée une baguette d'encadrement fixe de style Louis XVI
H. 98 ; L. 150 cm. H. 97 ; L. 152 cm.
Acquis en 2013

Vénus et Amour et Danaé

Peintre et dessinateur, Charles-Michel-Ange Challe (1718-1778) est surtout connu pour ses dessins visionnaires à la Piranèse qui lui valent d'être classé parmi les protagonistes du mouvement néoclassique. Parallèlement à ses tentatives de renouvellement, Challe a produit des ouvrages de commande dans les deux domaines qui sollicitaient alors les artistes : l'Eglise d'une part, la peinture décorative d'autre part. Challe est ainsi employé sur plusieurs chantiers du Faubourg Saint-Germain et du quartier Saint-Honoré, ainsi qu'aux châteaux de Magnanville et de Champlatreux. La plupart de ces édifices a disparu ou a été sujet à modifications. S'il y a peu de chance de retrouver trace des compositions plafonnantes, ce n'est pas le cas des dessus-de-porte mobiles, qui ont pu être réemployés ailleurs ou vendus. Un certain nombre d'entre eux est réapparu sur le marché d'art au cours des trente dernières années, sans que l'on ait pu encore déterminer leur provenance d'origine.

Argent fondu, ciselé et gravé.
H. 38 cm ; D. des plateaux 45 cm ; poids total : 16,6 kg
Acquis en 2013

Deux pots à oille du Service Walpole et leurs plateaux

Nicolas Besnier, orfèvre du Roi (1686-1754)

Deux pots à oille et leurs plateaux en argent massif, oeuvres de l'orfèvre Nicolas Besnier, viennent d'entrer dans les collections du département des Objets d'art grâce au concours exceptionnel de la Société des Amis du Louvre. Les deux pots à oille constituaient les pièces maîtresses d'un grand service « à la française » qu'Horace Walpole, premier baron Walpole (1678-1757), commanda à Paris en 1726, alors qu'il venait d'être nommé ambassadeur du roi George Ier auprès du jeune Louis XV.

Acier, décor ajouré 24
17,5 cm
Acquis en 2012

Plaque à décor floral

Iran

Don des Amis du Louvre en 2012 pour marquer l'ouverture du nouveau département des Arts de l'Islam.

Dans le monde islamique, les plaques à décor ajouré pouvaient servir de décor de porte, mais on ne peut exclure que certaines d'entre elles aient également servi de partie d'étendard de procession ('alam). La production des plaques d'acier à décor ajouré similaires à celle que vient d'offrir au Musée la Société des Amis du Louvre s'étend sur une longue période, depuis le début du XVIe siècle jusqu'au XVIIIe siècle.

Plaques de cuivre gravées de la série
H. 24 ; L. 35 cm
Acquis en 2011

Los Disparates

Francisco de Goya y Lucientes (1746-1828).

La Société des Amis du Louvre vient d'enrichir les collections du Musée de quatre chefs-d'oeuvre de Francisco de Goya. Il s'agit de quatre plaques de cuivre appartenant à la série des Disparates, la dernière grande série gravée par l'artiste avant son départ en exil pour la France en 1824. Par cette donation exceptionnelle, la Société des Amis du Louvre renoue avec l'esprit patrimonial qui avait présidé, sous la Deuxième République, à l'enrichissement des collections de la Chalcographie du Louvre, ère prestigieuse que marquèrent l'entrée au Musée de l'ensemble des cuivres d'Anton Van Dyck pour L'Iconographie, ainsi que l'acquisition des cuivres des Sièges de La Rochelle et de l'Isle de Ré, chefs-d'oeuvre de Jacques Callot. Il convient de souligner que c'est la première fois que la Société des Amis du Louvre acquiert des cuivres gravés pour la Chalcographie. Les quatre cuivres des Disparates de Goya, formant un ensemble exceptionnel et d'une rare qualité, seront bientôt exposés au public dans les salles de peinture espagnole du Musée du Louvre.

Plaques de cuivre gravées de la série
H. 24 ; L. 35 cm
Acquis en 2011

Los Disparates

Francisco de Goya y Lucientes (1746-1828).

La Société des Amis du Louvre vient d'enrichir les collections du Musée de quatre chefs-d'oeuvre de Francisco de Goya. Il s'agit de quatre plaques de cuivre appartenant à la série des Disparates, la dernière grande série gravée par l'artiste avant son départ en exil pour la France en 1824. Par cette donation exceptionnelle, la Société des Amis du Louvre renoue avec l'esprit patrimonial qui avait présidé, sous la Deuxième République, à l'enrichissement des collections de la Chalcographie du Louvre, ère prestigieuse que marquèrent l'entrée au Musée de l'ensemble des cuivres d'Anton Van Dyck pour L'Iconographie, ainsi que l'acquisition des cuivres des Sièges de La Rochelle et de l'Isle de Ré, chefs-d'oeuvre de Jacques Callot. Il convient de souligner que c'est la première fois que la Société des Amis du Louvre acquiert des cuivres gravés pour la Chalcographie. Les quatre cuivres des Disparates de Goya, formant un ensemble exceptionnel et d'une rare qualité, seront bientôt exposés au public dans les salles de peinture espagnole du Musée du Louvre.

Plaques de cuivre gravées de la série
H. 24 ; L. 35 cm
Acquis en 2011

Los Disparates

Francisco de Goya y Lucientes (1746-1828).

La Société des Amis du Louvre vient d'enrichir les collections du Musée de quatre chefs-d'oeuvre de Francisco de Goya. Il s'agit de quatre plaques de cuivre appartenant à la série des Disparates, la dernière grande série gravée par l'artiste avant son départ en exil pour la France en 1824. Par cette donation exceptionnelle, la Société des Amis du Louvre renoue avec l'esprit patrimonial qui avait présidé, sous la Deuxième République, à l'enrichissement des collections de la Chalcographie du Louvre, ère prestigieuse que marquèrent l'entrée au Musée de l'ensemble des cuivres d'Anton Van Dyck pour L'Iconographie, ainsi que l'acquisition des cuivres des Sièges de La Rochelle et de l'Isle de Ré, chefs-d'oeuvre de Jacques Callot. Il convient de souligner que c'est la première fois que la Société des Amis du Louvre acquiert des cuivres gravés pour la Chalcographie. Les quatre cuivres des Disparates de Goya, formant un ensemble exceptionnel et d'une rare qualité, seront bientôt exposés au public dans les salles de peinture espagnole du Musée du Louvre.

Plaques de cuivre gravées de la série
H. 24 ; L. 35 cm
Acquis en 2011

Los Disparates

Francisco de Goya y Lucientes (1746-1828).

La Société des Amis du Louvre vient d'enrichir les collections du Musée de quatre chefs-d'oeuvre de Francisco de Goya. Il s'agit de quatre plaques de cuivre appartenant à la série des Disparates, la dernière grande série gravée par l'artiste avant son départ en exil pour la France en 1824. Par cette donation exceptionnelle, la Société des Amis du Louvre renoue avec l'esprit patrimonial qui avait présidé, sous la Deuxième République, à l'enrichissement des collections de la Chalcographie du Louvre, ère prestigieuse que marquèrent l'entrée au Musée de l'ensemble des cuivres d'Anton Van Dyck pour L'Iconographie, ainsi que l'acquisition des cuivres des Sièges de La Rochelle et de l'Isle de Ré, chefs-d'oeuvre de Jacques Callot. Il convient de souligner que c'est la première fois que la Société des Amis du Louvre acquiert des cuivres gravés pour la Chalcographie. Les quatre cuivres des Disparates de Goya, formant un ensemble exceptionnel et d'une rare qualité, seront bientôt exposés au public dans les salles de peinture espagnole du Musée du Louvre.