Aile Denon

Le Mariage mystique de sainte Catherine

Longtemps à demi représenté seulement dans les collections du département des Peintures avec un Portrait de jeune homme qui lui a été alternativement attribué et retiré, Parmesan y est désormais présent, discrètement mais sûrement par une petite esquisse inachevée, inédite, représentant Le...

Portrait de Juliette de Villeneuve

Ni le Louvre, ni les musées français en général, ne possédaient de tableau bruxellois de David avant l'entrée dans les collections nationales du Portrait de Juliette Blait de Villeneuve (1802-1840), fille d'Honorine Clary (1769-1843) et nièce des plus célèbres Julie et Désirée Clary.

Le Bienheureux Rasini délivre quatre-vingt-dix pauvres gens d'une prison de Florence

L'attribution du tableau à Sassetta, le plus grand peintre du Quattrocento siennois, et sa provenance étaient bien établies quand celui-ci vint rejoindre, sur les cimaises du musée, trois grands panneaux de l'artiste conçus pour le même ensemble : son format et son iconographie confirment de...

Diadème de l'impératrice Eugénie

Peu après son mariage avec Eugénie, Napoléon III commanda une nouvelle parure de perles et de diamants pour celle-ci, comprenant un diadème, une couronnette et une grande broche de corsage, qui furent exécutés par Lemonnier, et deux broches d'épaule et deux broches de corsage, qui furent l'...

Ange en adoration

En 1909, la générosité d'un petit groupe d'Amis du Louvre avait permis l'entrée au musée d'un séduisant petit Ange de profil sur fond d'or de Fra Angelico, l'un des interprètes les plus précoces et talentueux de la Renaissance toscane.

La Femme à la puce

Crespi, le grand maître de l'école bolonaise au XVIIIe siècle, est l'auteur de vastes tableaux religieux au luminisme intense et aux effets dramatiques, mais il est également apprécié pour ses scènes de genre de petites dimensions, dans lesquelles il traduit avec bienveillance les aspects les...

Croix peinte du Maître de San Francesco

Avec le don de cette croix peinte, la collection de peintures italiennes du musée, peu abondante pour le Duecento, s'est enrichie d'un exemple de qualité, parvenu jusqu'à nous dans un remarquable état de conservation. 

Le Jugement de saint Georges par Dacien - Saint Georges traîné au supplice - La Flagellation de saint Georges - La Décapitation de saint Georges

Ces quatre panneaux constituaient, superposés deux par deux, les éléments latéraux d'un retable dont le centre était occupé par un Saint Georges combattant le dragon (Chicago, The Art Institute) et une scène (perdue) consacrée à la Vierge ou à la Crucifixion.

Plaque de saint Syméon

Cette grande plaque constitue un témoignage précieux sur le culte rendu aux saints stylites, qui pratiquent une forme d'ascétisme très répandue dans le bassin oriental de la Méditerranée.

Saint Benoît

Ce marbre, d'une étonnante vigueur plastique, est une sculpture siennoise du XIVe siècle de Tino di Camaino. C'est le premier chef-d'oeuvre de cet artiste à entrer dans les collections du Louvre.

 confidentialité