Dernières acquisitions


Acquis en 2018

Le Repos de la Sainte Famille

Louis MASRELIEZ

Un Ami Bienfaiteur vient d’offrir, sous réserve d’usufruit  au département des Arts graphiques et par l’intermédiaire de notre Société, dix dessins du XVIIe et XVIIIe siècles. 

Cette donation a été faite en l'honneur de Messieurs Pierre Rosenberg et Louis-Antoine Prat. 

pierre noire, lavis gris et noir, peut-être plume et encre noire par endroits
H. 18,2 ; L. 14,9 / montage H. 24, 8 ; L. 21, 7 cm (ovale)
Acquis en 2018

Portrait de femme de profil

anonyme, anciennement attribué à Jean Urbain GUERIN (1760-1836)

Un Ami Bienfaiteur vient d’offrir, sous réserve d’usufruit  au département des Arts graphiques et par l’intermédiaire de notre Société, dix dessins du XVIIe et XVIIIe siècles. 

Cette donation a été faite en l'honneur de Messieurs Pierre Rosenberg et Louis-Antoine Prat. 

plume et encres noire et grise, fond de lavis gris, annotation en bas à gauche : Boichot in Rome
H. 18,20 ; L. 31, 20 cm.
Acquis en 2018

Frise de faunes et de bacchantes d’après un bas-relief antique

Guillaume BOICHOT (Chalon-sur-Saône, 1735- Paris, 1814)

Un Ami Bienfaiteur vient d’offrir, sous réserve d’usufruit  au département des Arts graphiques et par l’intermédiaire de notre Société, dix dessins du XVIIe et XVIIIe siècles. 

Cette donation a été faite en l'honneur de Messieurs Pierre Rosenberg et Louis-Antoine Prat. 

plume et encre noire, lavis gris
H. 27,5 ; L. 40 cm
Acquis en 2018

Paysage de ruines animées

Jean Antoine CONSTANTIN, dit Constantin d’Aix (Marseille, 1756 – Aix en Provence, 1844)

Un Ami Bienfaiteur vient d’offrir, sous réserve d’usufruit  au département des Arts graphiques et par l’intermédiaire de notre Société, dix dessins du XVIIe et XVIIIe siècles. 

Cette donation a été faite en l'honneur de Messieurs Pierre Rosenberg et Louis-Antoine Prat. 

plume et encre brune, lavis brun, sur traits de pierre noire Signé à la plume et encre brune en bas à droite : Regnault
H. 18, 3 ; L. 13, 8 cm
Acquis en 2018

Dieu séparant la lumière des ténèbres

Jean-Baptiste REGNAULT (1754-1829)

Un Ami Bienfaiteur vient d’offrir, sous réserve d’usufruit  au département des Arts graphiques et par l’intermédiaire de notre Société, dix dessins du XVIIe et XVIIIe siècles. 

Cette donation a été faite en l'honneur de Messieurs Pierre Rosenberg et Louis-Antoine Prat. 

plume et encre noire, lavis gris et brun et rehauts de gouache blanche sur une esquisse préliminaire à la pierre noire, sur papier verger brun
H. 21,4 ; L.17,4 cm
Acquis en 2018

Sainte tenant un cœur ardent, couronnée par un angelot qui lui apporte la palme du martyre, avec la mosquée Süleymaniye à l’arrière-plan

anonyme français

Un Ami Bienfaiteur vient d’offrir, sous réserve d’usufruit  au département des Arts graphiques et par l’intermédiaire de notre Société, dix dessins du XVIIe et XVIIIe siècles. 

Cette donation a été faite en l'honneur de Messieurs Pierre Rosenberg et Louis-Antoine Prat. 

crayon noir, lavis gris, gouache blanche sur papier brun, annoté au crayon noir en bas à droite : tuileries 15 7bre 1873
H. : 11 cm L. : 30 cm
Acquis en 2018

Ruines des Tuileries après la Commune

Hubert CLERGET

Un Ami Bienfaiteur vient d’offrir, sous réserve d’usufruit  au département des Arts graphiques et par l’intermédiaire de notre Société, dix dessins du XVIIe et XVIIIe siècles. 

Cette donation a été faite en l'honneur de Messieurs Pierre Rosenberg et Louis-Antoine Prat. 

médaillon en bronze à patine brune; dans un cadre en bois doré
Diam. (bronze) 51,5 cm; 20⅓ in.
Acquis en 2017

Bronze
H. : 50cm
Acquis en 2017

Mars quittant les armes

Michel Anguier

L'acquisition de ce trésor national a pu être réalisée à l'occasion des 120 ans de la Société des Amis du Louvre grâce au généreux soutien de M. Eric de Rothschild et au legs de Mme Jacqueline Vrettos.


H. : 11,9cm L. : 9,8cm
Acquis en 2017

Etude pour Thalie

Giovanni Baglione

Grâce à la générosité de Nicolas Joly, cette étude préparatoire pour "Thalie, La Muse de la Comédie" réalisée par Giovanni Baglione (1573-1644), se trouve maintenant au département des Arts graphiques.

Peinture sur cuivre
H. 0,45 cm ; L. 0,59 cm
Acquis en 2017

La Parabole du bon grain et de l'ivraie

Domenico Maria Viani (1668-1711)

Ce cuivre tire son sujet de l'évangile selon saint Mathieu (13, 24-30, 36-34) : pour nuire à un fermier qui s'était endormi avec ses ouvriers après avoir semé son champ, ses ennemis y introduisent à leur tour d'autres semences; plutôt que de brûler toute sa récolte, le fermier décidera de moissonner le bon grain et l'ivrae avant de les trier, comme les âmes des bienheureux et celles des damnés seront séparées lors du Jugement dernier (citation de Stéphane LOIRE, Conservateur en chef au département des Peintures).

Plume et encre brune, pierre noire
H. : 23; L. : 31,5 cm
Acquis en 2017

La reddition d'Ulm

Antoine-Jean GROS

Ce dessin revient sur l’un des hauts faits de l’épopée napoléonienne : la reddition de l’armée autrichienne du générale Mack auprès de Bonaparte survenue dans la ville d’Ulm, le 20 octobre 1805. Suite à un court bombardement de l’armée française, l’armée autrichienne se rend rapidement et le général Mack négocie avec Bonaparte les conditions d’une reddition.

Plume et encre brune, lavis de sépia
H. : 19,8 ; L. : 28,8 cm
Acquis en 2017

Bucéphale dompté par Alexandre (recto)

Antoine-Jean GROS

Exceptionnel dans l'oeuvre graphique de Gros, ce dessin représente la rencontre entre le jeune Alexandre et son cheval, Bucéphale, qui l'accompagnera dans la conquête de son empire, tel que le raconte Plutarque dans sa Vie d'Alexandre. Cet étalon, descendant selon la tradition grecque de l'une des juments de Diomède, était particulièrement farouche et rétif, à tel point que Philippe de Macédoine avait même refusé de le choisir comme monture. Son fils Alexandre émit alors des regrets et se vit promettre Bucéphale à la seule condition de le dompter. Le jeune prince, s'étant aperçu que la bête avait peur de son ombre, parvint à la calmer en la plaçant face au soleil. Bucéphale n'acceptera d'autre cavalier qu'Alexandre par la suite. 

Huile sur toile
H. : 147,5 ; L. : 195,5 cm
Acquis en 2017

Joas sauvé de la persécution d'Athalie

Gioacchino ASSERETO

Gioacchino Assereto est une figure majeure de l'école génoise du XVIIe siècle. Peintre local, il a été très tôt influencé par l'art maniériste lombard et par l'oeuvre de Caravage, de Rubens et de Van Dyck bien représentés dans les collections de Gênes.

Marbre d’Anatolie
H.: 36 ; L.: 23 ; P. : 25 cm
Acquis en 2017

Portrait de Pompée (dite Pompée Jandolo)

Conquérant et ennemi de Jules César à la fin de la République romaine, Pompée (106-48 avant J.-C.) n'a que trois portraits connus dans le monde, dont deux sont conservés au musée archéologique de Venise, l'autre à la glyptothèque de Copenhague.

Terre cuite lustrée
H. 46 cm
Acquis en 2016

Statue-vase d'Iran du Nord

Iran (Kaluraz, dans la province de Gilan)

Grâce à la générosité de Mademoiselle Jacqueline Blottin, une ancienne élève de l'Ecole du Louvre passionnée par l'archéologie orientale, qui fit de la Société des Amis du Louvre sa légataire universelle, une exceptionnelle statue iranienne de Kaluraz (Iran du Nord) vient d'entrer dans les collections du département des Antiquités orientales. Datée du Ier millénaire avant J.C., elle révèle une filiation évidente avec les statues anthropomorphes et zoomorphes de l'Age de Fer découvertes par l'archéologue iranien Ezat O. Neghaban au début des années 1960 sur le site de la nécropole de Marlik, non loin de Kaluraz. Sa coiffure étagée en trois anneaux correspond à un col qui s'ouvre au sommet sur une embouchure de vase.

Bronze doré, pierres dures, porcelaine de Saxe sur âme de bois.
L. : 70,5 cm
Acquis en 2016

Table de Breteuil

Johann Christian Neuber (Neuwernsdorf 1736-Eibenstock 1808)

La table dite de « Teschen », également appelée « table de la Paix », est un chef-d'oeuvre de la joaillerie allemande et un monument de l'histoire de la diplomatie européenne. Elle fut offerte au baron de Breteuil, ministre de Louis XVI, par l'impératrice d'Autriche Marie-Thérèse, mère de Marie-Antoinette, en remerciement de son efficace médiation entre la Prusse et l'Autriche lors de la guerre de succession de Bavière de 1779. Le traité de paix de cette guerre, qui menaçait l'équilibre des forces européennes, fut signé le 13 mai 1779 dans la petite ville de Teschen, située aux confins de la Tchéquie et de la Pologne. Par l'audace de sa conception et la virtuosité de son exécution, ce meuble demeure le chef-d'oeuvre incontesté de Johann Christian Neuber (1736-1808).

Plomb.
H.: 42 cm. Piédouche : 11 cm. L.: 33 cm.
Acquis en 2016

Portrait de Matthew Prior (d'après un buste en marbre de Coysevox)

John CHEERE (1709-1787)

John Cheere est l'un des meilleurs sculpteurs anglais du XVIIIe siècle, spécialisé dans le travail du plomb, composant les bustes de personnalités littéraires ornant les bibliothèques privées d'Angleterre. Il s'agit ici d'un rare portrait de Matthew Prior, célèbre poète diplomate francophile et francophone d'outre-Manche. Celui-ci profita d'un séjour à Paris en 1698-1699, pour demander à Antoine Coysevox, un buste en marbre à son effigie, aujourd'hui conservé à l'abbaye de Westminster.

Papier, encre noire, lavis brun, peinture à l'or.
H. 188,5 ; L. 159,5 cm
Acquis en 2016

Lion aux fleurons

Cette arabesque léonine dans un paysage végétal est un chef-d'oeuvre de l'enluminure islamique. Elle nous rappelle qu'aux XVe et XVIe siècles, les élites iranienne et ottomane collectionnaient des compositions graphiques de fantaisie qui prenaient place dans des albums reliés que l'on aimait feuilleter régulièrement. Ce dessin étonnant exprime aussi la rencontre entre des formes chinoises et des motifs plus abstraits issus de la tradition islamique médiévale. A la Chine revient le paysage végétal (nuages, champignons d'éternité, fleurs de lotus, arbres printaniers), et au monde islamique l'ossature du lion qui s'est muée en un réseau dynamique d'arabesques.

Enluminure sur parchemin
H. 180; L. 113 cm
Acquis en 2016

Initiale (lettre I) enluminé

Cette enluminure représentant la lettre I est un très beau témoignage du style maniériste italo-français présent dans la peinture de livres vers 1540-1550. Elle provient du même livre de choeur ou du même chansonnier certainement très luxueux que deux initiales offertes au Louvre par le comte de Viel-Castel en 1854. La lettre est composée à la manière d'une pièce d'orfèvrerie de l'Ecole de Fontainebleau projetant son ombre sur un fond d'azur.